Tout en exprimant sa volonté de créer un nouveau parti à l’avenir: Touati reporte sa démission au prochain congrès

14 Sep , 2017 à 10:47  

Le renoncement des membres de son parti aux principes du parti, est la principale raison de la décision de Moussa Touati de démissionner du FNA.

Le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, ne va pas démissionner de sitôt de la présidence de son parti. Il a décidé finalement de reporter sa démission à la tenue du prochain congrès national prévu dans 5 mois. Animant hier une conférence de presse au siège de son parti, le président du FNA a tenu à expliquer sa décision. «J’ai opté pour cette décision, car je suis un président désigné par le congrès national en 2002 et je dois être démis par le congrès.

De plus, j’ai opté pour cette décision afin de donner un dernier ultimatum à certains membres du conseil national pour se corriger et se rattraper», a-t-il déclaré. Expliquant ce qu’il veut dire par «se corriger», Touati a fait savoir que «les cadres en question ne militent et ne se reconnaissent plus dans les principes fondateurs du parti.

Ils refusent de payer les cotisations et plus grave encore ils préfèrent sympathiser avec les militants des autres partis (FLN et RND) qu’avec les militants du parti (FNA)», a-t-il ajouté, indiquant que le FNA est un parti des gens modestes et non de ceux qui adorent le luxe.
Pour Moussa Touati, les cadres de son parti sont manipulés par d’autres partis et l’administration. Se projetant par ailleurs dans l’avenir, Touati a dit que si jamais ses cadres ne corrigeaient pas leur conduite vis-à-vis de la plate-forme du parti, il déposerait sa démission au cours du congrès.

Interrogé sur son avenir politique, le président du FNA a dit qu’il allait créer un autre parti où il pourra faire valoir ses idéaux avec d’autres militants sincères. «Ne vous inquiétez pas pour moi! Je ne vais pas chômer. J’ai déjà pris des risques dans ma vie et je suis toujours sorti gagnant», a-t-il répondu, en ajoutant qu’il ne connaît pas la signification du mot impossible. Sur la question de savoir s’il compte aborder normalement les prochaines élections locales dans ce contexte, Moussa Touati a répondu par la positive. «Oui nous allons normalement aux prochaines élections.

Les préparatifs suivent leurs cours. Nous allons nous présenter dans 1030 APC et 35 APW», fera-t-il savoir. Questionné par la même occasion sur la possibilité de rentrer dans ces élections avec des listes mixtes, Touati s’est dit contre cette option. «J’ai reçu des propositions de la part de plusieurs partis pour tisser des alliances, mais j’ai refusé. Les alliances pour les locales ne riment pas avec l’objectif de ces élections», a-t-il indiqué. Invité pour donner son avis sur le déroulement des prochaines élections, le président du FNA a souligné «que nous sommes moins inquiets par rapport aux élections législatives».

Les remarques de la délégation européenne et onusienne quant aux dérives ayant entaché les élections du 4 mai dernier, nous permettent d’espérer une amélioration. Les dernières déclarations du président de la Hiise, nous rassurent aussi. Selon Derbal «son institution a vu ses moyens renforcés par rapport aux dernières législatives».

Source d'origine de l'article : lire.

, , ,