Les femmes et les enfants n’échappent pas à la violence

22 Nov , 2017 à 0:49  

Aujourd’hui encore, nombreux sont les femmes et les enfants qui subissent des actes de violence au sein même de leur milieu familial. 

Les données avancées par les services de police, hier à l’occasion d’une thématique développée dans l’espace du Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou font ressortir l’ampleur du phénomène.

Par ailleurs, les études policières ont démontré que la violence peut être vécue sous différentes formes, des simples coups jusqu’à la diffusion de photos compromettantes sur l’Internet.

Au chapitre de « mineurs en danger moral et physique « , les services de police ont enregistré, au cours du premier semestre de cette année, pas moins de 49 agressions dont six sont dirigées contre des filles. Les autres, soit 42 agressions, sont dirigées contre les garçons.

La tranche d’âge des victimes se situe entre 01 et 18 ans. Entre 16 et 18 ans, 23 garçons et 1 fille sont victimes d’agressions. Entre 1 et 10 ans, la violence est dirigée contre s2 filles et 5 garçons. Dans ces cas de violence, le document policier ne renseigne pas sur les auteurs de ces agressions, mais les soupçons vont certainement du côté des parents.

S’agissant du chapitre portant sur les « mineurs victimes de différents délits « , les statistiques de police relatives à la même période, c’est-à-dire le premier semestre 2017, indiquent que quatre filles, dont l’âge varie entre 16 et 18 ans, ont été victimes de viol.

Une fille dont l’âge se situe entre 13 et 16 ans et une autre dont l’âge se situe entre 16 et 18 ans ont été victimes d’acte contre-nature (sodomie). Une fille dont l’âge se situe entre 1 et 10 ans a été victime d’attouchement sexuels.

Le document policier n’a pas précisé l’âge exact de la victime. Au chapitre de la « violence volontaire (coups) « , les victimes, au nombre de 5, sont des garçons. Plus exactement, il s’agit de 2 garçons âgés entre 1 et 10 ans, 2 autres âgés entre 13 et 16 ans et le cinquième âgé entre 16 et 18 ans.

S’agissant de la violence contre les femmes, les données de la police font ressortir qu’au cours de la période allant du 1er janvier au 31 octobre 2017, le nombre de victimes (femmes) est de 149.

Ces violences sont ainsi identifiées : 106 cas de coups et blessures volontaires, 02 agressions sexuelles, 7 insultes et menaces, 31 mauvais traitements et 3 harcèlements sexuels. Pour l’année 2016, soit du 1er janvier au 31 décembre, les données policières font relever un nombre de 145 victimes. Ces violences sont ainsi réparties : 106 cas de coups et blessures volontaires, 8 agressions sexuelles, 18 insultes et 13 mauvais traitements.

Ces données nous renseignent sur le fait que l’année en cours a enregistré un nombre plus grand de femmes victimes de violence. Par ailleurs, au chapitre de l’agression sexuelle, les auteurs des crimes ne sont pas toujours étrangères aux victimes.

Le document policier indique que des pères, des frères et des amants sont aussi les auteurs de ces agressions. Dans le cas d’inceste, ce sont surtout les frères qui constituent le plus grand nombre de mis en cause.

Saïd Tissegouine

Source d'origine de l'article : lire.

, , , , , ,