JSK / Saâdou :«Notre qualification a fait taire les mauvaises langues !»

17 Avr , 2018 à 10:57  

«Je ne sais toujours pas comment j’ai pu rater le penalty»

Le défenseur kabyle Nabil Saâdou nous a parlé à cœur ouvert dans l’entretien qu’il nous a accordé cette semaine. Le joueur a abordé pas mal de points notamment la dernière qualification de son équipe en finale de Coupe d’Algérie. Saâdou nous a livré le secret qui a motivé les joueurs à aller arracher cette précieuse qualification à Constantine face au MCA. Saâdou a aussi parlé de la mauvaise passe qu’il a traversée sous la coupe de Noureddine Saâdi qui l’avait écarté du onze et de plein d’autres choses qu’il dévoile pour la première fois.

Dans un premier temps, décrivez-nous l’état d’esprit du groupe après cette qualification en finale de la Coupe d’Algérie ?
Nous sommes vraiment aux anges. On tenait beaucoup à cette qualification. Je dirais qu’on mérite d’être en finale car nous nous sommes vraiment battus pour atteindre notre objectif. Le chemin n’a pas été facile pour nous. L’important aujourd’hui est que nous sommes en finale et nous allons tout faire désormais pour monter la dernière marche du podium.
Ne pensez-vous pas qu’il était possible d’éviter la séance des tirs aux buts vu les nombreuses occasions que vous vous êtes procurées ?
Oui, c’est vrai. Nous nous sommes procuré pas mal d’occasions devant les buts mais nous n’avons pas su nous montrer efficaces. La dernière touche nous a manqué. Contrairement au match de championnat, nous n’étions pas dans le bain surtout en attaque. Ce fut très intense durant les 120 minutes de jeu. Nous n’avions pas d’autres choix que d’aller à la séance des tirs aux buts. Mais je pense que le destin a décidé ainsi. Il aura fallu attendre les tirs aux buts pour nous départager et arracher notre billet pour cette finale tant attendue.
De l’avis de l’ensemble des observateurs, le match de coupe était différent de celui du championnat. Comment expliquez-vous cela ?
C’est normal qu’il ne soit pas pareil. D’abord, pour la simple raison que les rencontres ne se ressemblent pas. Que dire d’une demi-finale de Coupe d’Algérie. L’enjeu était immense pour les deux équipes. C’est ce qui a pris le dessus sur le jeu et le rendement de chacun d’entre nous. Nous étions sous pression et cela s’est fait ressentir. Je dirais aussi que l’état de la pelouse ne nous a pas facilité la tâche. On a eu vraiment du mal à avoir la maîtrise du ballon et a développer notre jeu habituel.
Physiquement, vous avez aussi encaissé le coup…
C’est clair. Sur le plan physique, ce fut très fatiguant pour nous tous. D’abord, nous étions restés sur deux rencontres très intenses en championnat contre le MCA et l’ESS. Par la suite, nous avons enchaîné par une demi-finale qui n’a pas été facile à gérer. Je pense aussi qu’aller au terme des 120 minutes sans encaisser de but a été une très bonne chose pour nous. Nous avons su nous montrer à la hauteur mais surtout à nous surpasser pour prendre le dessus sur cette équipe du MCA.
Revenons à vous, expliquez-nous ce qui s’est passé lors de votre penalty raté ?
Je ne vous cache pas que je n’arrive toujours pas à comprendre comment j’ai pu manquer le penalty. Pourtant, je n’en rate jamais à l’entraînement. J’avais choisi où mettre le ballon et le portier mouloudéen est allé du bon côté. Mais bon, cela arrive aux meilleurs. J’aurais pu le tirer autrement mais je tiens à dire que je n’ai pas de regret.
Vous auriez certainement été affecté dans le cas où la JSK aurait raté sa qualification…
Croyez-moi que je n’ai à aucun moment douté de notre qualification. Après le pénalty raté, mes partenaires m’avait encouragé. J’ai à ce moment-là senti une grande volonté et j’ai senti au fond de moi que nous allions passer en finale. Je n’ai à aucun moment douté du groupe. Je dirais que c’est ce qui nous motive chaque jour, c’est cette confiance que nous avons au sein du groupe.
Expliquez-nous pour quelle raison vous étiez tant motivés à jouer cette finale ?
En plus du fait de vouloir sauver notre saison, car il ne nous restait que cette Coupe d’Algérie, nous voulions à tout prix faire taire les rumeurs qui circulaient autour de cette rencontre. Après avoir gagné en championnat, beaucoup ont laissé entendre que cette rencontre avait été arrangée. On a même laissé dire que la JSK allait céder en Coupe d’Algérie. En gagnant cette demi-finale, nous avons fait taire les mauvaises langues. On a surtout prouvé que la JSK ne mange pas de ce pain.
Beaucoup pensent que la venue de Bouzidi a apporté un grand plus à la JSK. En tant que joueur, dites-nous ce qui a changé dans l’équipe ?
C’est avant tout l’état d’esprit. Nous n’étions pas en confiance vu notre position au classement. Mais avec la venue de Bouzidi, on a commencé à retrouver confiance en nous. Le coach a su trouver les mots pour nous mettre dans le bain. On est revenus d’un nul précieux de Biskra. Par la suite, on a commencé à retrouver nos repères petit à petit. Les deux dernières rencontres en championnat face au MCA et à l’ESS prouvent qu’un gros travail est en train de se faire depuis des semaines. La qualification en finale est la cerise sur le gâteau. On travaille bien avec le staff actuel ce qui explique ces résultats.
On pense aussi que vous avez été marginalisé sous la coupe de Noureddine Saâdi surtout après l’arrivée de Guitoune. Comment avez-vous géré cette période ?
Il est vrai que ça n’a pas été facile pour moi car j’étais déterminé à jouer d’autres rencontres de championnat. Le fait de ne plus jouer m’a quelque peu freiné dans ma lancée. Toutefois, je tiens à dire que je n’ai jamais perdu confiance en moi. J’ai continué à travailler sans relâche, sans doute plus que le reste de mes partenaires. Je savais aussi que mon heure viendrait. C’est ce qui m’a permis de continuer à travailler. Et aujourd’hui, je commence à retrouver ma grande forme. Je n’ai pas à me plaindre.
Un autre joueur a subi le même sort à savoir Chetti. Comment le trouvez-vous aujourd’hui ?  
Oui, c’est vrai. Chetti n’a pas trop joué lors de la phase aller du championnat. J’étais l’un des joueurs qui l’ont toujours motivé. Chetti est pétri de qualité. Je savais qu’il finirait par s’imposer un jour ou l’autre. Il a saisi sa chance en cette période de la saison. Je suis vraiment très heureux pour lui. Je sais qu’à ce rythme, il va finir par réaliser d’autres bonnes prestations. C’est un joueur qui a un avenir radieux devant lui.
Comment qualifiez-vous votre relation sur le terrain avec Essaïd Belkalem ?
Je tiens à dire avant toute chose que la venue de Belkalem a été une très bonne chose pour la JSK. C’est un joueur qui connaît parfaitement bien la maison. Il sait parler aux joueurs. Sa présence est indispensable au sein du groupe. Pour ma part, je ne peux qu’être motivé de jouer au côté d’un joueur comme lui. N’oublions pas que Belkalem est un mondialiste. Devant un joueur comme lui, je ne peux que donner le meilleur de moi-même. Il est clair que sa présence m’inspire la confiance.
Parlons maintenant de cette finale face à l’USMBA…
Que voulez-vous que je vous dise? Ce sera une finale qui opposera deux grands clubs. Vous savez, en final, on ne peut jamais dire qu’une équipe est favorite par rapport à une autre. Certes, la JSK est le club le plus titré d’Algérie, mais en face, il y aura une formation de l’USMBA qui voudra à tout prix remporter ce trophée. On part donc avec 50% de chances de chaque côté. Il va falloir toutefois bien nous préparer pour réussir notre rencontre.
Le fait d’avoir quasiment assuré le maintien vous permet-il de jouer à fond cette finale ?
Je pense qu’il est encore trop tôt de dire que nous avons assuré le maintien. Il nous manque encore des points pour le faire. Mais il est clair que rien ne nous empêchera de jouer cette finale de coupe à fond. Nous allons mettre le paquet pour que JSK puisse remporter sa 6e Coupe d’Algérie de son histoire. On veut aussi écrire une nouvelle page dans l’histoire de ce prestigieux club.
Un dernier mot pour la prochaine rencontre face au CRB ?
Comme je viens de le dire, on sait que mathématiquement, nous ne sommes pas encore à l’abri d’une mauvaise surprise en fin de saison et ce malgré les deux dernières victoires face au MCA et à l’ESS. Ce qui rendra ce match encore plus difficile est que le CRB n’a lui aussi pas assuré son maintien en Ligue 1 Mobilis. Ce sera à mes yeux un match très serré avec un grand enjeu pour les deux formations. Nous allons faire de notre mieux pour gagner et rester ainsi sur une bonne lancée.

The post JSK / Saâdou :«Notre qualification a fait taire les mauvaises langues !» appeared first on .

Source d'origine de l'article : lire.

, , , , , , , , , , ,